Archives pour la balise :

obligations d’entreprises

La BCE s’est-elle brûlée les doigts en achetant des obligations Steinhoff?

Le risque de crédit existe toujours. Il est facile d’oublier ce lieu commun alors que les marchés investment grade et high yield ne cessent de battre des records de valorisation. Cependant, il a récemment été rappelé à l’un des tout premiers investisseurs européens en crédit, la Banque Centrale Européenne (BCE), que l’achat d’obligations d’entreprise pouvait effectivement s’accompagner d’un ris…

Lire l'article
Publié dans la section QE, BCE

Haut rendement américain : comment évaluer les opportunités au sein du secteur de l’énergie

catégories obligatairesAux États-Unis, les obligations à haut rendement du secteur de l’énergie ont récemment accusé une correction qui a effacé la quasi-totalité de leur rallye du premier semestre. Une fois encore, ce sont les prix du pétrole qui en sont responsables. L’énième baisse des prix de l’or noir a fait chuter les obligations du secteur de l’énergie à des niveaux encore plus bas que c…

Lire l'article

Que nous apprennent les obligations d’entreprise indexées sur l’inflation à l’heure actuelle ?

J’ai par le passé reçu des appels de banquiers un peu comme Chad « Ace » Jefferson III (« Le meilleur des mondes : des obligations d’entreprise à rendement zéro ») qui me faisaient part de leur intérêt pour les émissions d’obligations d’entreprise indexées sur l’inflation (« linker » en anglais). Je leur répondais souvent en citant un vieil adage. Ce dogme bien connu postule que le taux d’une o…

Lire l'article

Kraft Foods – 3G et Berkshire Hathaway poursuivent leur stratégie d’arbitrage

Il y a presque deux ans jour pour jour, nous publiions un article sur le retour des esprits animaux, le LBO (rachat par endettement) de Heinz par Berkshire Hathaway et 3G et le rôle significatif que jouait l’endettement dans cette opération. Hier, la société Heinz a annoncé qu’elle allait fusionner avec Kraft Foods afin de donner naissance au cinquième plus gros groupe alimentaire mondial. Dans…

Lire l'article

Comment utiliser les CDS pour trouver de la valeur relative sur les créances investment grade en EUR et en USD

Les investisseurs en crédit peuvent faire appel à plusieurs stratégies. Ceux qui recherchent une exposition aux créances peuvent acquérir les obligations d’un émetteur ou bien vendre de la protection via des swaps de défaut (credit default swaps – CDS) sur le même émetteur. Le différentiel de prix entre l’obligation d’entreprise et le contrat CDS peut faire la différence entre surperformance ou…

Lire l'article

Bûcher des maturités : comment améliorer la liquidité des marchés du crédit

La liquidité des marchés du crédit suscite un vif intérêt depuis quelques mois.  La Banque d’Angleterre a prévenu que la faible volatilité des marchés financiers risquait d’entraîner une recherche excessive de rendement, le FT prétend que les autorités américaines envisagent des frais de sortie pour les fonds obligataires en cas de progression de la classe d’actifs ; et vous avez tous vu les gr…

Lire l'article

Mondialisation bancaire : un problème pour les champions nationaux ?

La cure d’amaigrissement de la banque d’investissement de Barclays a fait couler beaucoup d’encre récemment. Pour beaucoup d’observateurs, il s’agit d’un changement de plan d’affaires, qui consiste à se détourner en partie des obligations, des matières premières et des produits dérivés, pour s’orienter vers un modèle plus classique, moins gourmand en capitaux. Il est intéressant de noter qu’il …

Lire l'article

Le dicton « sell in May and go away » s’applique-t-il aux obligations européennes ?

Comme toujours, le 1er mai a donné lieu à toute une série d’articles et de commentaires sur le fameux dicton boursier « sell in May and go away ». Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette stratégie de trading complexe, l’idée est de dénouer toute position actions détenue le 30 avril et de réinvestir le 1er novembre. Les données historiques montrent que les actions américaines sous-performent du…

Lire l'article

Fort resserrement des primes de risque entre les obligations périphériques et les obligations core

Les rendements des obligations périphériques sont-ils toujours suffisamment intéressants pour inciter les investisseurs à investir dans ces titres plutôt que dans les obligations des pays du cœur de l’Europe ?  Ou le resserrement des écarts de crédit les dissuade-t-il de continuer à investir dans les obligations périphériques ? ? Dans le dernier article qu’il a publié sur son blog, James a mis …

Lire l'article

Avec près de 4% des obligations sur le point d’arriver à échéance ce mois, les obligations européennes « investment grade » profitent d’un soutien conjoncturel

« En ce monde rien n’est certain, à part la mort et les impôts », déclarait Benjamin Franklin. J’aimerais ajouter à sa liste le débat sur l’effet janvier. Chaque année, je reçois au moins un commentaire dans lequel l’auteur soutient l’idée selon laquelle le mois de janvier serait propice aux investissements dans les actifs risqués (nous sommes tout sauf dupes à cet égard – cf. ici).

Fonder des …

Lire l'article