Au Royaume-Uni, les échéances politiques sont dans tous les esprits

L’annonce, hier, du budget britannique réservait une surprise de taille : l’assouplissement des règles concernant le versement des pensions de retraite. À partir d’avril 2015, il vous sera possible de toucher l’intégralité de votre épargne retraite en une seule fois, et d’en disposer à votre guise. Cette mesure est en phase avec les convictions de la coalition au pouvoir, selon lesquelles chacun doit assumer la responsabilité de ses propres intérêts financiers. Cela étant, comme toute décision politique, son calendrier d’adoption n’est peut-être pas anodin.

Nous avons évoqué précédemment les raisons pour lesquelles la nomination d’une « colombe » à la tête de la Banque d’Angleterre était politiquement opportune à 2 ans des prochaines élections de mai 2015. La journée d’hier constituait, pour le gouvernement en place, la dernière possibilité d’annoncer un budget réconfortant et généreux en vue de stimuler l’économie et d’accroître ses propres chances de réélection. À première vue, quelles sont les conséquences de cette décision surprise concernant les retraites ?

Il semble qu’avec cette mesure, le gouvernement ait potentiellement déclenché une vague de dépenses considérables à partir d’avril 2015. Les consommateurs se sentiront bien entendu prospères dans la mesure où leurs avoirs seront accessibles au lieu d’être immobilisés en vue des mauvais jours. Les conséquences économiques seront vraisemblablement trop tardives pour stimuler l’économie avant les élections législatives de 2015. Mais il est probable que la libération prochaine des fonds placés en épargne retraite jouera son rôle. Des séjours de vacances seront réservés en prévision du versement, certains consommateurs changeront de véhicule, d’autres entreprendront des travaux de rénovation de leur domicile ou augmenteront leurs dépenses de Noël, la promesse d’une manne financière future les incitant à utiliser leur épargne pour consommer sans attendre. Cette mesure favorisera donc la croissance britannique à l’approche des élections.

Ce qui est particulièrement astucieux dans cette mesure budgétaire généreuse, c’est qu’elle ne coûte rien. En effet, l’argent versé n’est pas celui de l’État, le gouvernement se limitant à permettre aux épargnants d’accéder à leurs propres fonds. Sous l’effet de cette relance budgétaire « gratuite », associée à de faibles taux et à un solide marché de l’immobilier soutenu par l’État, l’économie du Royaume-Uni continuera d’être relativement vigoureuse.

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Classée dans la catégorie : macroéconomie et politique

Discuter d'un article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *