Nouveau sondage M&G YouGov : les opinions favorables aux sauvetages de souverains sont très minoritaires

Notre nouveau sondage, réalisé en association avec YouGov dans plusieurs États membres de l’UE (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne et Autriche), montre que peu d’Européens soutiennent l’idée de futurs plans de sauvetage lors de crises de la dette et de difficultés économiques.  La question suivante a été posée dans le cadre de l’étude M&G YouGov sur les anticipations inflationnistes, qui sera publiée dans son intégralité ici au début du mois d’octobre.

Dans quelle mesure êtes-vous pour ou contre l’idée que votre pays offre une aide financière importante (ou annule partiellement ou totalement des créances) si un autre pays européen venait à rencontrer de graves difficultés économiques ?

Comme on pouvait s’y attendre, le Royaume-Uni, où le parti eurosceptique UKIP a remporté 13 % des voix aux élections législatives et où un référendum sur une éventuelle sortie de l’UE aura lieu en 2017, présente un niveau élevé d’opposition aux plans de sauvetage financés par le contribuable britannique.  Toutefois, le niveau d’opinions défavorables le plus élevé a été observé en Autriche. Elles représentaient également une majorité en France et en Allemagne.  Les deux sondés qui présentaient les niveaux d’endettement les plus lourds, l’Italie et l’Espagne, étaient bien évidemment plus favorables à l’idée de venir en aide aux pays en difficulté : en Espagne, 43 % des personnes interrogées étaient pour les plans de sauvetage (de loin le pourcentage le plus haut) et 33 % étaient contre (le plus faible pourcentage).  Ces données excluent les réponses « Ne sait pas », qui oscillaient entre 2 % en Autriche et 12 % au Royaume-Uni.  Dans chaque cas, les personnes interrogées répondent en général qu’« elles ne sont ni pour ni contre » l’idée des plans de sauvetage (données exclues du graphique).

Nouveau sondage M&G YouGov : les opinions favorables aux sauvetages de souverains sont très minoritaires

Pour devenir une zone monétaire optimale, la zone euro a besoin de transferts budgétaires entre les régions les plus pérennes et les régions faibles du point de vue économique.  Les résultats de l’étude confirment qu’une majorité des Européens est opposée à de tels transferts.  Cela n’a probablement rien de surprenant. Il y a deux ans, nous avions indiqué dans notre blog que certains Länder allemands sont résolument opposés aux transferts budgétaires au sein de l’Allemagne, et a fortiori vers d’autres États membres de l’UE. Le manque de soutien de la population ne ferme pas définitivement la porte aux programmes de sauvetage. Certains ont déjà été mis en œuvre. Néanmoins, il en découle un manque de légitimité démocratique et des perspectives électorales réjouissantes pour les partis politiques opposés aux plans de sauvetage.  En outre, les acteurs des futurs plans de sauvetage seront vraisemblablement des institutions exclues du processus démocratique telles que la BCE et le FMI. Certes, en voyant ces résultats, on pourrait se dire que le projet européen est mal en point, mais qu’en serait-il si les Californiens pouvaient s’exprimer sur les transferts budgétaires vers Détroit ou si les comtés entourant Londres étaient invités à voter pour ou contre la redistribution des recettes fiscales vers les zones industrielles du Royaume-Uni ? Or, en l’absence d’un mécanisme (ou d’une volonté) pour des transferts budgétaires importants dans l’UE et d’une langue commune (même si l’anglais semble de plus en plus jouer ce rôle) facilitant les déplacements, il ne reste que les dévaluations internes pour procéder aux ajustements relatifs en zone euro (autrement dit, des épisodes périodiques de déflation, de baisses des salaires et de hausse du chômage).  Cette situation est loin d’être optimale.

Vous pourrez prendre connaissance de l’intégralité de notre étude et de nos autres questions, notamment celles relatives aux prévisions d’inflation, à la crédibilité des banques centrales et des pouvoirs publics, et aux attentes en matière de prix immobiliers lorsque notre étude M&G YouGov sur les anticipations inflationnistes sera publiée en octobre.  Suivez @inflationsurvey pour connaître les premières statistiques publiées. Vous pouvez aussi consulter les résultats précédents à la page https://www.bondvigilantes.com/inflation-survey/.

 

Discuter d'un article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *