Perspectives panoramiques M&G : Obligations quasi souveraines des marchés émergents, par Charles De Quinsonas

L’année a été riche en rebondissements pour les marchés émergents. La chute des cours du pétrole et des matières premières, l’hypothèse d’une hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis, le scandale de la corruption au Brésil et, bien entendu, le ralentissement de la croissance chinoise ont tous contribué à renforcer l’instabilité de la classe d’actifs. Naturellement, cette instabilité a eu une incidence sur la performance et a pesé sur les rendements de la dette libellée en monnaie forte et en monnaie locale. Par exemple, malgré une forte hausse en octobre, les obligations des marchés émergents libellées en monnaie locale ont reculé d’environ 10% depuis le début de l’année 2015 si l’on exprime les performances en dollars. En monnaie forte, même si l’indice sous-jacent JP Morgan EMBI Global Diversified a progressé de près de 3% depuis le début de l’année (performance également exprimée en dollars), la dispersion des rendements a été importante. Ainsi, les obligations russes ont rebondi de plus de 20% tandis que les obligations brésiliennes cédaient 10%.

Si on laisse de côté les performances, les investisseurs ont encore plus de mal à s’expliquer la hausse en arrière-plan d’un segment plutôt unique de l’univers de la dette des marchés émergents : les obligations quasi souveraines. Les obligations quasi souveraines sont des obligations émises par des entreprises dans lesquelles les Etats détiennent des participations majoritaires. A cet égard, elles présentent des caractéristiques similaires aux obligations d’entreprise et aux emprunts d’Etat. Elles ont enregistré une croissance extraordinaire récemment et le volume des émissions brutes est passé de 40 milliards de dollars en 2005 à 180 milliards de dollars en 2014. Par ailleurs, les obligations quasi souveraines affichent l’un des ratios de Sharpe les plus élevés parmi l’univers des obligations émergentes.

Dans ce numéro des Perspectives Panoramiques M&G, Charles de Quinsonas, gérant adjoint du Fonds M&G Emerging Markets Bond, explique plus en détail les subtilités de cette classe d’actifs émergente et les opportunités qui y sont liées.

Discuter d'un article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *