La baisse des cours du pétrole n’alimente pas la déflation

Si l’inflation est restée faible dans les principaux pays occidentaux malgré la vigueur de l’économie, c’est notamment parce que les cours du pétrole ont reculé. Et, fait intéressant, même s’ils se sont montrés extrêmement volatils sur les 18 derniers mois, ces prix influent de moins en moins sur l’inflation finale.

Au Royaume-Uni, c’est par le biais du prix des carburants que les cours du pétrole ont l’impact le plus direct sur l’inflation : toute baisse des coûts de production entraîne une baisse des prix à la pompe. Mais ces derniers ne varient pas qu’en fonction des cours du brut : ils dépendent également des frais de transport, de la marge du distributeur et, surtout, des différentes taxes. Selon petrolprices.com, le prix d’un litre d’essence est composé des éléments suivants :

Taxes : 57,95 pence

Produit : variable

Distribution/livraison : 5 pence

TVA : 20 %

Sur la base de cette répartition, nous pouvons étudier les répercussions des fluctuations des produits pétroliers sur l’inflation globale. Le graphique ci-dessous illustre les conséquences des variations des cours du pétrole sur les prix à la pompe.

Impact de l’évolution des cours du pétrole sur le prix d’un litre d’essence au Royaume-Uni

Sans surprise, la relation n’est pas linéaire. Plus les cours du pétrole reculent, moins ils influent sur les prix des carburants, puisqu’ils représentent une part de plus en plus limitée de la facture totale à la pompe. Conséquence : alors qu’une chute de 50 % (de 160 à 80 dollars) des cours du brut se traduit par un recul d’environ 35 % du prix de l’essence (de 267 à 172 pence), une nouvelle baisse de proportion similaire (de 80 à 40 dollars) entraîne un recul de seulement 28 %. Et un troisième fléchissement (de 40 à 20 dollars), de tout juste 19 %. Même si le taux de change livre sterling/dollar joue également sur les prix à la pompe (le prix du pétrole étant fixé en dollars), les éléments ci-dessus montrent que la chute des cours entrave de moins en moins l’inflation.

La faiblesse des cours du pétrole a également un effet secondaire : les prix baissant, leur pourcentage dans la base de calcul de l’inflation décline, ce qui signifie que les prix de l’énergie sont de moins en moins significatifs pour l’inflation globale.

Le mouvement baissier des cours du pétrole touche progressivement à sa fin, et leur effet sur l’inflation s’amenuise au fur et à mesure de leur déclin. Compte tenu des tensions dans d’autres secteurs, notamment le marché du travail, il nous semble peu probable que l’inflation reste aussi ténue en 2016. Et plus la dynamique baissière de l’or noir se poursuivra, plus ses pressions baissières sur l’inflation s’estomperont.

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Classée dans la catégorie : inflation
Taguée :

Discuter d'un article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *