Cinq idées pour gérer la liquidité des titres à haut rendement

Après la clôture d’un fonds Third Avenue en début de mois, la question de la liquidité du marché du haut rendement est revenue hanter les investisseurs. À terme, grâce à des changements structurels, les conditions ne pourront que s’améliorer, mais, d’ici là, nous pensons que plusieurs mesures peuvent être prises pour améliorer le profil de liquidité sous-jacent d’un portefeuille à haut rendement.

Acheter et conserver : en optant pour un taux de rotation faible, en achetant des titres dans l’optique d’une période de détention longue et en acceptant une certaine volatilité des prix, le besoin de liquidité du fonds sera automatiquement réduit. Cela signifie également porter plus d’attention, au moment de l’achat, aux fondamentaux et à la solvabilité sous-jacente de l’émetteur sur le long terme. Posez-vous la question suivante : « en cas de difficulté sur le marché, serai-je content de détenir cette obligation ? » Si la réponse est « oui », il sera nettement plus facile de trouver un acheteur si cela se produit.

Privilégier les émissions obligataires de grande ampleur : plus une émission obligataire est conséquente, plus la base d’investisseurs est vaste et plus il y a de chances de trouver des acheteurs et des vendeurs (comme nous le montrons ci-dessous en comparant l’activité enregistrée sur deux émissions de la même entreprise, l’une d’un montant de 4,28 milliards de dollars, l’autre d’un montant de 200 millions de dollars). Mais cette stratégie est à double tranchant : plus l’émission est importante, plus il est probable qu’elle soit intégrée à un portefeuille d’ETF, ce qui peut être préjudiciable en cas de mouvement de rachat massif.

Historique de négociation de l’obligation Sprint 7.875% 2023 (volume d’émission  : 4,28 milliards de dollars) au 17/12/2015

Slide1

Historique de négociation de l’obligation Sprint 9.25% 2022 (volume d’émission  : 200 millions de dollars) au 17/12/2015

Slide2

Diversifier ses marchés : les conditions de trading varient souvent d’un marché à l’autre. De manière générale, un portefeuille qui peut investir sur toute une palette de titres – ABS, financiers, privés ou souverains, émergents, à taux fixe ou flottant, européens ou américains – est mieux placé tirer profit des conditions de liquiditésd’un marché lorsqu’un autre est en difficulté.

Utiliser des instruments liquides : le volume quotidien négocié sur le marché des CDS synthétiques est supérieur à celui du marché des espèces physiques. Investir une partie du portefeuille dans ces instruments donne accès à un pool de liquidité plus important et peut s’avérer utile lorsque les conditions se dégradent sur le marché physique. Mais il existe un coût d’opportunité en termes de sélection de titres qu’il ne faut pas négliger.

Slide3

Misez sur la trésorerie : la méthode la plus efficace pour doper la liquidité d’un portefeuille est également la plus simple : détenir plus de trésorerie. Bye bye 2%, bonjour 5% ! Une fois encore, il existe un coût d’opportunité en termes d’exposition au marché et de sélection de titres, mais les avantages en matière de liquidité sont immédiats et tangibles.

Remarque importante : ces conseils ne sont pas des recettes miracles, mais plutôt des « coups de pouce » qui aident les investisseurs à gagner du temps et trouver de la liquidité. Aujourd’hui, sur les marchés du haut rendement, la qualité de la gestion de la liquidité d’un portefeuille est aussi (voire plus) importante que ses positions.

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Classée dans la catégorie : catégories obligataires
Taguée :

Discuter d'un article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *