L’euro et le dollar : leurs évolutions ne dépendent pas des taux d’intérêt. Alors comment les expliquer ?

Malgré les relèvements de taux directeurs américains intervenus en décembre, mars et la semaine dernière, le dollar s’est déprécié pour retourner à ses niveaux de pré-élections.  Toute la prime du dollar liée à la « Trumpflation » a ainsi disparu.  Alors que jouer l’effet Trump via le dollar semble désormais une stratégie en bout de course, l’euro s’est de son côté apprécié.  L’optimisme …

Lire l'article

Huit réflexions rapides à propos du plan de résolution de Banco Popular

1. La BCE est capable d’intervenir rapidement pour déterminer si une banque a atteint le point de non-viabilité (« PONV »), et pour ensuite adopter un plan de résolution. La rapidité avec laquelle le régulateur est passé à l’acte a clairement pris le marché par surprise. Dans le même temps, la façon dont le régulateur détermine qu’une banque n’est plus viable reste floue (si l’on tient co…

Lire l'article

Obligations émises par des entreprises contrôlées par l’État : le concept de garantie implicite n’existe pas.

Il y a deux semaines, la Banque Internationale d’Azerbaïdjan (IBA) contrôlée par l’État a surpris les porteurs d’obligations en annonçant une réorganisation surprise. Fin 2016, d’importantes pertes de change engendrées par la dépréciation du manat (AZN), la devise locale, avaient tiré les capitaux propres de la banque en territoire négatif. Les obligations de la Banque Internationale d’Az…

Lire l'article

Des footballeurs de la Premier League jouent aux cambistes, comme des rappeurs et des top-modèles en 2007. Ont-ils raison d’éviter la livre sterling ?

A en croire de récents rapports, certaines stars étrangères du championnat de football anglais cherchent à être payées en euro plutôt qu’en livre sterling. Depuis le résultat du référendum en juin 2016, la livre sterling a chuté de 12 % face à l’euro ; aussi, il n’est guère surprenant que certains joueurs aient remis en cause la devise de leurs salaires. Ce n’est pas la première fois que des st…

Lire l'article

Les législatives au Royaume-Uni créent de nouvelles incertitudes pour les marchés

Le Royaume-Uni se retrouve avec un Parlement sans majorité à l’issue de législatives qui ont vu le Parti conservateur de Theresa May perdre des sièges (il lui en manque huit pour obtenir une majorité). Les jeunes semblent avoir voté en masse, principalement pour le Parti travailliste de Jeremy Corbyn. Le Parti conservateur reste toutefois la première force politique et formera probablement le n…

Lire l'article
Publié dans la section Brexit