A propos de ce blog

« Avant, je pensais que si la réincarnation existait, j’aimerais revenir sur terre en tant que Président, Pape ou batteur de baseball. Mais désormais, c’est sous la forme du marché obligataire que j’aimerais être réincarné. Je pourrais alors intimider tout le monde. »
James Carville, Clinton administration advisor, 1993 

Lorsque nous avons lancé le blog Bond Vigilantes à la fin de l’année 2006, le monde était relativement différent – et même le terme « bond vigilantes » était devenu obsolète. Durant les deux premiers mois du blog, nous rédigions des billets à propos des premiers signes d’accès de faiblesse du marché immobilier résidentiel de Chicago, de nos inquiétudes liées à l’importance des crédits accordés par les banques britanniques et des faits nouveaux sur le marché « surchauffé » des CDO. Mais il s’agissait là encore d’un monde dans lequel les banques centrales avaient « gagné » la guerre contre l’inflation après deux décennies d’une âpre bataille, l’expression « crise de la dette souveraine » n’était utilisée que par rapport aux pays émergents, et Lehman Brothers et Bear Stearns figuraient parmi les toutes premières banques d’affaires de la planète.

Aujourd’hui, nous sortons lentement de la plus grave récession depuis la Grande Dépression des années 30. Les taux d’intérêt sont bloqués à des niveaux historiquement bas, les banques centrales font marcher la planche à billets, volent au secours des entreprises privées, et l’état de santé du secteur bancaire est toujours critique. Nous nous inquiétons de la solvabilité même des plus grands et puissants pays occidentaux – et certains, tels que l’Irlande et la Grèce, n’ont évité un défaut que grâce aux prêts du FMI et de l’UE. Toutefois, en dépit de taux de chômage élevés et d’usines vides, l’inflation organise son retour. Non pas en raison de consommateurs déchaînés réclamant plus de produits (du moins dans les pays développés), mais de chocs des prix sur les marchés internationaux des matières premières. Les populations dans les pays émergents ayant vu leur nombre croître et étant devenues plus aisées, la hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires est devenue problématique.

Dans un contexte où les populations sont tiraillées entre une croissance des revenus médiocre et une augmentation des prix des produits, s’autoproclamer « bond vigilante » n’est pas si facile. Est-il souhaitable que les marchés puissent avoir autant de pouvoir, comme dénoncé par James Carville dans la citation plus haut ? Une notation de crédit AAA vaut-elle plus qu’un demi-million d’emplois ? Une inflation stable est-elle plus importante que la croissance ? Ou peut-être devrions-nous nous demander si nous sommes les méchants ?
Mais il nous faut également nous rappeler les coûts liés à une inflation galopante (à son extrême, en Allemagne durant la République de Weimar ou au Zimbabwe) ou à un défaut sur la dette (en Amérique latine dans les années 80) et prendre conscience qu’il n’existe pas d’interdépendance simple entre des prêts incontrôlés ou de l’impression de monnaie à grande échelle et une population heureuse. Toutefois, nous pouvons toujours débattre de l’opportunité du moment choisi pour l’austérité budgétaire ou le resserrement monétaire – et nous le faisons souvent, même au sein de notre équipe.

Ainsi, ce blog a été créé afin de nous permettre de partager nos points de vue sur les sujets importants pour les investisseurs obligataires – l’inflation, les taux d’intérêt et l’économie mondiale – ainsi que pour échanger sur l’actualité des marchés obligataires eux-mêmes. Au cours des dernières années, nous avons notamment passé en revue les atouts des obligations à haut rendement, les perspectives de la dette émergente et l’évolution récente des marchés des obligations indexées sur l’inflation. Nous n’oublions pas pour autant d’informer nos lecteurs de nos opinions et des tendances sur les marchés plus traditionnels des obligations d’entreprises « investment grade » – être un bon « bond vigilante » revient également à identifier la détérioration des tendances des comportements des sociétés, au même titre que des États.

N’hésitez pas à nous contacter s’il y a un point en particulier que vous souhaiteriez que nous examinions. Gérer les investissements de nos clients sera toujours notre priorité numéro un ; aussi, il se peut que nous ne répondions pas immédiatement, mais c’est toujours un plaisir de recevoir les opinions de nos lecteurs, même franches et directes ! En l’espace d’une seule semaine, j’ai été accusé d’être un apologiste du Tea Party américain et un membre d’une cellule dormante marxiste.

Aussi, nous vous remercions pour le soutien accordé au blog et espérons que vous appréciez le nouvel aspect visuel. Et espérons que les marchés obligataires restent intéressants, mais pas trop intéressants tout de même.

Jim Leaviss
Directeur de la Gestion Obligataire pour les fonds ouverts
M&G Investments
bondvigilantes@mandg.co.uk